Historique: Si Versailles m’était conté

 

I   HISTORIQUE

 

Naissance d’un  cinéma.

Dans la foulée de l’encyclique Rerum Novarum du pape Léon XIII, la paroisse de Stavelot inaugure le 5 décembre 1897, le Cercle Ouvrier. Son objectif était de faciliter l’accès à l’éducation permanente et à la culture pour tous les habitants de Stavelot dont certains vivaient dans des conditions difficiles. Dans cet esprit, il va héberger différentes activités culturelles : musique, théâtre, mouvements de jeunesse, activités sociales et plus tard, une bibliothèque. Et déjà, dès janvier 1898, des « projections lumineuses » sont données au prix de 1 franc dans cette salle dite « bien chauffée ».

Mais c’est en 1913 que  Charles Wibin, aidé par Albert  t’Serstevens,  inaugure officiellement   dans la nouvelle salle du Cercle Ouvrier le «Cinéma des Familles»
, première salle de projection catholique de la région.

 

  Voici les premiers articles concernant la naissance du Cinéma des Familles.          

———-Cinéma des familles                                                  cinéma des familles2

Extrait du journal “La semaine” du 7-12-1913 (1° page)                                      Extrait du journal local “La semaine” du 13-12-1913 (2° page)

(Fonds régional de la Bibliothèque de Stavelot)

Article paru dans ce même journal le 14 décembre 1913, soit une semaine après l’ouverture de ce cinéma:       

Cinéma des familles3

 

En  décembre 1931, l’abbé Emile Lecrenier réussit, non sans grandes peines, à faire installer le cinéma parlant ; ce fut un grand événement. Très vite aussi, des questions de morale se posent aux responsables du cinéma. Ainsi, le chanoine Brohée, aumônier général dans les années 30 du Centre d’action cinématographique de Bruxelles, met-il en garde contre     « les dangereuses modifications sociales, à cause du film mauvais … ». Voilà pourquoi, dès 1936,  le «Cinéma des Familles »  est la première salle belge à adhérer au mouvement international  « Légions of decency » (Légions pour la décence du cinéma).  Ces comités, lancés à une époque où le cinéma américain est en bonne partie aux mains de la mafia, ont pour but de relever la morale du 7ème Art.

 

 

1938 :   Année du Jubilaire : 25ème anniversaire.

 

Exemple de feuillet publicitaire pour annoncer le programme du week end.

offre

tarzan

1940 – 1944 :  Période de silence.  

 

 

Après quatre années de guerre et d’inactivité forcée et à la grande satisfaction de tous, le Cinéma des Familles réouvre ses portes le 22 octobre 1944.

 

otage

Pas pour longtemps cependant, puisque deux mois plus tard, l’ennemi réapparaît à ses portes le dimanche 17 décembre, lors de l’offensive des Ardennes. Stavelot connaît alors l’une des  pages les plus tragiques de son histoire. La ville n’est plus aux réjouissances, elle enterre ses morts et panse ses plaies. Après plusieurs mois de « deuil », le cinéma des Familles réouvre  le 24 juin 1945 avec un film de Pierre Richard : « Entente cordiale ».

 

 1955 :  Grandes transformations de la salle.

 

C’est en 1955  que l’architecte stavelotain  Courtejoie est appelé à donner au Cinéma des Familles son premier nouveau look : une salle agrandie  pour accueillir l’écran panoramique,   des gradins pour une meilleure visibilité, de nouveaux décors, une nouvelle cabine de projection équipée d’un appareillage technique dernier cri pour cette époque, le tout ponctué d’un nouveau nom:   Le Ciné Versailles.

 

Tout avait été étudié pour accueillir les très nombreux spectateurs qui se pressaient au guichet de la salle obscure pour venir voir le film

« La tunique » présenté en cinémascope.

 

 

1960-1995 : Des années difficiles mais riches en activités culturelles.    

 

 Après l’euphorie des années 50, le cinéma connaît des années difficiles et  la désaffection du public est manifeste. La crise du cinéma s’installe un peu partout et les téléviseurs envahissent de plus en plus les ménages.

 

C’est en 1968 qu’une nouvelle équipe, sous la houlette de Hubert  Glaude, reprend le défi de relancer les activités au cinéma Versailles. Le nouveau comité décide de faire lui-même la programmation. Le remplacement des crayons au carbone par des lampes au xénon dans les deux projecteurs, l’achat d’un grand dérouleur permettant de placer tout un film sur une bobine facilitent grandement le travail de Fernand Tombeux, projectionniste attitré. Et dès le printemps 69,  le succès que connaît « Le livre de la Jungle » avec 1267 entrées, constitue un réel encouragement pour tout le monde.

De plus, l’objectif des nouveaux responsables s’inscrit parfaitement dans la continuité de celui des fondateurs : promouvoir un cinéma de qualité où des valeurs sociales et humaines sont présentes. Durant les décennies qui suivirent, le cinéma connaît des hauts et des bas.     On notera cependant, en avril 1983, l’énorme succès du film E.T. avec 2.788 entrées la première semaine, ce qui constitue, encore à ce jour, le record en une semaine au Versailles.

Parallèlement au cinéma, le comité ouvre ses portes à différentes activités culturelles :        L’Emulation, les Artisans, la Revue locale, l’Exploration du monde, le Ciné-Club, … y trouvent leur place. Malheureusement, la période est cruelle pour les salles uniques. Plus de 1000 cinémas ferment leurs portes en Belgique. Les grands complexes cinématographiques se développent dans les grands centres, plus modernes et toujours mieux équipés. Les spectateurs délaissent petit à petit les petites salles. Le Ciné Versailles restait en vie grâce à sa bonne gestion, à l’opiniâtreté de ses dirigeants et au bénévolat de ses membres.

 

Quarante ans après son « lifting » de 1955, il était temps de rendre « un coup de jeune » à ce cinéma qui, tout doucement, commençait à prendre de l’âge.

 

——————–

entrée  intérieur

—————————————

1995 – Entrée du cinéma.                                                      1955.  Intérieur de la salle.

                                                           

 1996:   année du renouveau.  

Rendre vie à l’une des plus anciennes salles du pays, redonner l’envie aux habitants de la région de renouer avec le grand écran, telles sont les raisons qui ont décidé les responsables  du Ciné Versailles à renouveler leur salle.  Les travaux durent trois mois et sont réalisés en grande partie par des personnes bénévoles. Jugez-en plutôt: 270 nouveaux fauteuils, de nouveaux gradins rehaussés et élargis, permettant à chacun, et même aux enfants, d’avoir une visibilité parfaite sur un nouvel écran de 10,50m sur 4,50 m, une nouvelle décoration chaleureuse style « années 50 » , un nouvel appareil de projection et son ampoule de 3000 Watts (au lieu de 1600 auparavant), une sonorisation à la pointe avec un son Dolby Stéréo et Digital à six pistes numériques, et enfin, une entrée rendue plus attrayante. Le tout ponctué d’une programmation plus variée  et plus  complète.

 

entrée new

—————————————————————————————————Entrée du cinéma.

 

Coût des travaux : +/- 2.250.000 FB.

 

intérieur new

            ———————————————————————————–

 

Intérieur de la salle rénovée.

 

2001 :  

 

Le Prix Coq de l’exploitation  du cinéma  de la Communauté française  attribué  à  Joseph Michel pour le Ciné Versailles à Stavelot.                

—————coq coq2

La motivation du Jury dont le Président était  Jean-Claude BRONCKAERT  journaliste à la RTBF.

 En couronnant ce cinéma de proximité, le jury met le doigt sur la nécessité de maintenir vivantes des petites structures capables de proposer dans leur région une programmation variée et  qualitative.    Le Ciné Versailles parvient à tenir le pari en gardant présent le souci de l’accueil et de  la convivialité , en améliorant la qualité de la projection ainsi que le confort des spectateurs et en proposant au public une dizaine de films chaque semaine. Cette programmation étant faite en collaboration avec le Ciné Centre de Rixensart et partagée avec le cinéma le Globe de Malmedy.

 

 

Biographie sommaire.

 

Joseph Michel, actuel président de l’a.s.b.l. Ciné Versailles,  a effectué toute une carrière d’instituteur à Stavelot. Cependant, sa passion pour le cinéma l’amènera en 1990 à faire partie de l’équipe d’animateurs.  Très vite, il donna un nouveau souffle à ce haut lieu culturel connu de tous les Stavelotains.

 

 

2008 : Création de notre site internet   www.cineversailles.be

 

 

Un des facteurs les plus importants pour le bon fonctionnement d’un cinéma est  la diffusion de ses programmes et de ses  activités diverses. Comme nous avions délaissé  le journal local devenu trop onéreux, nous nous sommes tournés vers « la toile » en créant notre propre site en septembre  2008.

 

Dès le second mois, la machine est lancée, enregistrant 300 visites. Un an plus tard, 1200 visiteurs par mois ouvrent nos pages. Quelques modifications dont l’ajout des synopsis et des bandes annonces pour chaque film permettent aux spectateurs de recevoir le programme chaque semaine par e-mail. Le résultat ne se fait  pas attendre : 6000 visiteurs par mois et au fil du temps, ce nombre augmente régulièrement.

 

 

En 2012, Christophe, l’un des responsables, décide d’une refonte complète du site en y apportant une nouvelle présentation plus claire, plus épurée, plus moderne. Cela plaît et la fréquentation explose rapidement à 13.000 et atteint même 17.000 visiteurs certains mois de haute fréquentation de cinéma.

 

L’arrivée de Facebook permet aussi d’améliorer l’image du cinéma. Mais tout cela nécessite chaque semaine des heures de travail pour mettre le site à jour.

          

 

2009 :   Le Versailles fait son « petit »

 

C’est bien connu: “Qui n’avance pas, recule” ! Telle est l’une des devises des responsables de l’a.s.b.l.

C’est pourquoi ils ont lancé le projet d’une deuxième salle, plus petite, mais tout aussi confortable.

 

Les raisons:

 

1. L’infrastructure le permet. Le local est disponible, il suffit de l’aménager.

 

2. Une deuxième salle permet “d’aérer” la programmation et donner la possibilité au spectateur de trouver plus facilement une séance qui convient à son emploi du temps. Elle permet aussi d’obtenir plus facilement certaines sorties nationales.

 

3. Une salle plus petite qui convient mieux à des conférences, des exposés…

salle2

Coût des travaux : +/- 95.000 €

 

 2012 : L’avènement du numérique.

 

 

Ce ne fut pas un choix mais une obligation. Les distributeurs ne fabriquant plus des films en pellicule 35 mm, les salles ont dû s’équiper d’appareils de projection numérique très coûteux.
Prix de l’ installation pour les deux cabines : +/-  130.000 € .

 

II   PROGRAMMATION

 

Notre programmation très variée  vise tous les publics et  est axée sur les pôles suivants :              

 

 

1. Films enfants et familles.                                                                                         

 

2. Films pour  jeunes et adultes.                                                                           

 

 

3. Films pour cinéphiles.

 

 

Chaque semaine les cinéphiles peuvent trouver dans la programmation l’un ou l’autre film présenté en version originale sous-titrée.                    

 

4. Le cinéclub du lundi soir (appelé le Coup de Cœur) 

 

D’octobre à fin mai, le cinéma propose un film de qualité au prix de 4,00€ et présenté bien sûr en version  originale sous-titrée. Des films de toutes nationalités.                                                      

 

 

5. Films scolaires. 

 

Films  permettant une exploitation pédagogique et une réflexion sur les problèmes du monde.

 

 

 

III  FREQUENTATION

 

Quelques  chiffres:

 

1991 : Après la crise du cinéma qui dévasta  le paysage du cinéma belge, le Ciné Versailles était lui-même en difficulté. Environ 120 personnes par semaine fréquentaient encore sa salle, cela faisait environ  5000 spectateurs l’année. Trop peu pour permettre une quelconque survie. Il fallait réagir.

1995 : Quelques années  d’efforts pour relancer le cinéma permirent d’ atteindre  un chiffre un peu meilleur à savoir 180 spectateurs  la semaine soit un peu plus de 8000 personnes l’année. Cela restait insuffisant.

1997 : Après d’importantes  transformations et une autre façon de programmer, les gens répondent enfin à l’ attente : 22.000 spectateurs l’année.

2011 : Année record depuis plusieurs décennies : plus de  29.000 spectateurs,  soit une moyenne de 640 spectateurs  par semaine d’ouverture.

 

 

 

IV  NOTRE DEVISE

 

Chaque spectateur est considéré et accueilli comme une personne humaine à part entière et mérite de voir  son film dans les meilleures conditions possibles  de confort et de propreté.

Conclusion :

Nous pouvons affirmer que le cinéma de proximité, pour autant qu’il  réponde aux attentes des spectateurs, a encore de beaux jours devant lui.

 

 

 

 

 

 

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N'hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.